Allumer une chandelle pour soutenir la prévention du suicide

Chandelle

En cette 17e Journée mondiale de la prévention du suicide, vous êtes invités à allumer une chandelle à tout moment de la journée en mémoire des personnes qui nous ont quittés et en soutien aux endeuillés ainsi qu'à la cause.

 

Trois personnes s'enlèvent la vie chaque jour au Québec, soit environ 1 100 par année, un chiffre qui stagne depuis une dizaine d'années.

L'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) rappelle qu'il faut être attentif aux signes qui pourraient démontrer que nos proches ont besoin d'aide, car ça pourrait leur sauver la vie.

« Par exemple, si une personne semble plus déprimée, bête, à la limite agressive, si la personne a tendance à s'isoler. Des fois, c'est verbalement, la personne peut exprimer une volonté de mettre fin à ses jours. Lorsqu'on perçoit ces signes-là, c'est important de dire à la personne écoute, j'ai remarqué ça depuis un certain temps, tu ne dînes plus avec nous, tu ne viens plus jouer au hockey avec nous, ça m'inquiète. Est-ce qu'il y a quelque chose qui ne va pas bien? Veux-tu m'en parler? »

- Jérôme Gaudreault, directeur général de l'AQPS

Il ne faut pas hésiter à être direct pour avoir une idée juste de la situation, donc de simplement poser la question à une personne qui vit des moments difficiles à savoir si elle a des idées suicidaires, indique le directeur général de l'AQPS . Si la personne n'a pas d'idées suicidaires, elle va dire non, et ça ne lui donnera pas tout à coup l'idée de passer à l'acte, selon Jérôme Gaudreault.

« C'est peut-être la première occasion pour elle de partager cette détresse-là et de demander de l'aide. Une personne qui est suicidaire pense que la situation ne peut pas s'améliorer, que personne ne peut l'aider, donc à ce moment-là, de tendre la main vers cette personne-là, c'est un geste qui peut faire une différence. »

- Jérôme Gaudreault, directeur général de l'AQPS

Si une personne se confie sur ses intentions, il est important ensuite de la référer aux bonnes ressources de prévention du suicide,comme la ligne 1 866-APPELLE, en fonction 24 heures sur 24.

Plaidoyer pour une stratégie nationale

L'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) plaide pour une nouvelle stratégie nationale de prévention du suicide, plaidoyer lancé hier par un collectif d'une vingtaine de groupes.

L'objectif est notamment de soutenir les mesures d'aide existantes et d'en mettre de nouvelles en place, indique le directeur général de l'AQPS, Jérôme Gaudreault.

« Par exemple, la ligne 1 866-APPELLE, le nombre d'appels augmente chaque année, mais les ressources, elles, ne suivent pas. On va bientôt offrir de la prévention du suicide avec un service d'intervention en ligne, donc ça va être important de supporter l'opération de ce service-là. »

- Jérôme Gaudreault, directeur général de l'AQPS

En Montérégie, notamment, le taux de suicide est souvent légèrement inférieur à la moyenne québécoise. Les derniers chiffres de 2016 dénombrent 157 décès par suicide, soit une vingtaine de moins que l'année précédente.

« On a un bon réseau bien structuré de centres de prévention du suicide qui travaille de concert avec le réseau de la santé, donc ça fait en sorte que pour les personnes qui sont plus vulnérables, les trajectoires de service fonctionnent bien et que le filet de sécurité autour de cette personne-là est beaucoup plus serré. »

- Jérôme Gaudreault

Si vous avez besoin d'aide, en tout temps, composez le 1-866-APPELLE.