Anthony Pratte-Lops pourrait plaider la non-responsabilité criminelle

Le présumé meurtrier de Daphné Boudreault pourrait plaider la non-responsabilité criminelle pour troubles mentaux.

C'est ce qu'envisage l'avocat d'Anthony Pratte-Lops selon Radio-Canada.

Selon des proches, l'accusé était médicamenté pour un trouble d'attachement avec impulsivité diagnostiqué à un très jeune âge.

L'accusé de 22 ans aurait été abandonné par le système de santé.

"Il a explosé. C'était un point de non-retour quelque part. Il a besoin d'aide. Malgré les médicaments, je ne pense pas qu'il est assez autonome pour s'automédicamenter," raconte un ancien coloc d'Anthony Pratte, Kevin Gagnon.

Anthony Pratte-Lops a été arrêté à son appartement de Mont-St-Hilaire le 22 mars dernier. 

Il aurait attiré son ex de 18 ans dans un traquenard en lui faisant croire qu'il n'était pas à son appartement pour lui permettre de récupérer ses affaires.

L'accusé sera de retour devant le tribunal de St-Hyacinthe le 19 avril prochain.