Des sommes soustraites des allocations de l'ex-maire Denis Lavoie?

Denis Lavoie

Le conseil municipal de Chambly se réunit le 6 août prochain. Il sera question de l'allocation de départ et de transition à verser à l'ex-maire démissionnaire de Chambly Denis Lavoie mais aussi, de dépenses jugées «injustifiées» qui devront être remboursées par M. Lavoie.

La somme à verser à M. Lavoie avoisinerait les 110 000$.

Dans sa plus récente décision, la Commission municipale du Québec tranche et demande à la Ville de payer les deux allocations.

La direction générale a calculé 39 500$ comme allocation de départ et 70 400$ en guise d'allocation de transition.

Par contre, le conseil demande toujours au maire de rendre des comptes en ce qui a trait à l'usage inapproprié des cartes de crédit de la Ville.

La démission soudaine du maire pour des raisons médicales est survenue en mai 2019 et à ce sujet, M. Lavoie se qualifie pour ces allocations puisqu'il cumule plusieurs années à la tête de la Ville, soit depuis 2005.

Dans un document obtenu par le service de nouvelles, la juge Sandra Périard de la Commission municipale écrit:

«Les renseignements contenus aux dossiers médicaux de monsieur Lavoie démontrent sans ambiguïté qu'il était justifié de démissionner pour des problèmes de santé importants affectant sa santé. Les raisons  médicale qu'il invoque présentent le caractère d'importance exigé par la Loi»

Le conseiller du district du Bassin et maire suppléant M. Mario Lambert explique toutefois que plusieurs dépenses «jugées injustifiées» doivent être dûment payées par le maire et que le conseil municipal se penchera sur la question à la prochaine séance du 6 août, en soirée. 

Dans le dossier de l'usage des cartes de crédit de la Ville, une résolution du conseil sommait le maire de rembourser un montant de 2500$ qui n'est toujours pas acquitté. D'autres dépenses pourraient faire l'objet d'une demande du conseil.

«Nous disposons des liquidités nécessaires pour payer la somme et c'est obligatoire de se conformer à la Loi sur le traitement des élus municipaux. La décision doit être entérinée par le conseil lors de la prochaine séance sur le paiement intégral de la somme. Dans un autre dossier, le conseil a demandé à M. Lavoie de rembourser des dépenses injustifiées, notamment un 2500$ pour les cartes de crédit. Le conseil doit se prononcer sur de l'équipement électronique qui n'aurait pas été remis par le maire,  l'utilisation de son téléphone cellulaire. Le conseil devra se prononcer sur toutes ces dépenses.»   

Par ailleurs, on ignore aussi si la conseillère Paula Rodrigues touchera ces allocations et selon quelles modalités. On se souviendra aussi qu'en février, l'UPAC a perquisitionné l'hôtel de ville et qu'il n'y a encore aucun dépôt d'accusation dans ce dossier.