Incendie majeur au centre-ville: Saint-Hyacinthe fait le point sur la situation

La Ville de Saint-Hyacinthe travaille à coordonner l'aide aux sinistrés et aux commercants dans les meilleurs délais, en marge de l'incendie de mercredi qui a décimé plus d'une quarantaine de logements et a touché quatre commerces du centre-ville, à Saint-Hyacinthe

Le maire Claude Corbeil a d'abord tenu à souligner la solidarité de la population qui se manifeste déjà pour offrir des dons.

64 sinistrés sont actuellement pris en charge par la Croix-Rouge pour 72 heures et certains ont été hébergés au Centre communautaire Christ-Roi, cette nuit. 

Plusieurs sinistrés étaient rencontrés dès cet après-midi et le plan d'aide de la ville sera annoncé sur son site et via les médias sociaux.

La Ville travaille en étroite collaboration avec le CISSS et la Croix-Rouge, dans ce dossier.

Contrairement au premier incendie de dimanche dernier, où les dommages sont évalués à 100 000$,  le Service incendie parle de plus de «quelques millions de dollars».

La cause de l'incendie serait «accidentelle», tout comme le premier incendie qui touchait le centre-ville mais sa source ne serait pas la même.  

Reconstruction et commerces

Il est trop tôt pour planifier une reconstruction des bâtiments affectés ou d'envisager une relocalisation.

Le Marché public a été fermé aujourd'hui mais les Travaux publics s'affaireront, dans les prochaines heures, à un grand «nettoyage des débris dans le quadrilatère visé». Dans ce cas, une réouverture est prévue demain.  

De son côté, le directeur du Service incendie de Saint-Hyacinthe, Jocelyn Demers, a expliqué que les pompiers ont dû démolir la partie est du bâtiment centennaire en raison de «risques d'effondrement accrue». Selon lui, un incendie d'une aussi grande ampleur remonte à 1992.

De son côté, la directrice de la Société de développement du centre-ville, Laurie Breault a expliqué qu'outre les commerces détruits par les flammes, les dommages aux commerces des rues Mondor, Saint-Simon ou Saint-Antoine seraient surtout attribuables à la fumée.

Elle a déjà entamé des discussions avec les commercants impliqués mais il est trop tôt pour parler de relocalisation ou de reconstruction.

La Société offrira toutefois tout le support disponible aux commercants du secteur.

Finalement, Mme Breault a lancé un appel à la solidarité et à l'achat local en demandant aux Maskoutains de ne pas hésiter à soutenir leurs commercants du centre-ville, lorsque le nettoyage sera terminé.