La DPJ bouleversée par le décès de l'enfant martyr de Granby

Les directeurs de DPJ de partout au Québec ont été "bouleversés" par le décès de l'enfant martyr de Granby. Ils ont réagi au drame en publiant une lettre ouverte ce matin.

Le document signé par les 20 directeurs de chaque région réitère l'engagement des professionnels au bien-être et à la sécurité des enfants. Voici un extrait de la lettre.

"Tout comme l'ensemble des citoyens du Québec, nous ne pouvons tolérer les circonstances ou événements qui mettent en péril la vie des enfants. Depuis l'annonce du décès de cette petite fille, chacun d'entre nous ainsi que chaque intervenant et gestionnaire de nos services est affecté, bouleversé (...) Jamais de tels drames ne devraient arriver."

Cette lettre survient pratiquement deux semaines après le décès de la fillette de 7 ans, le 30 avril, dans des circonstances terribles. Deux jours plus tard, le gouvernement Legault annonçait la suspension du directeur de la DJP de l'Estrie Alain Trudel. Le ministre délégué de la Santé Lionel Carmant l'avait désavoué publiquement en disant qu'il était "imputable" dans cette histoire.

En plus de l'enquête criminelle, une enquête publique du coroner a aussi été ordonnée par Québec. Une enquête administrative a également été déclenchée pour faire la lumière sur les circonstances entourant le décès de l'enfant qui était bien connue par la Direction de la protection de la jeunesse.

Dans leur sortie publique de ce matin, les directeurs rappellent l'importante détresse vécue par de nombreux enfants et les responsabilités qui pèsent sur les épaules des intervenants sociaux. Ils disent offrir leur pleine collaboration aux enquêtes en cours sur le décès qui a choqué le Québec en entier.