Le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, démissionne

Luc Ferrandez quitte la vie politique. Celui qui occupe le poste de maire du Plateau-Mont-Royal depuis 2009 l'a annoncé sur sa page Facebook.

M. Ferrandez explique que sa réflexion s'est amorcée il y a plusieurs mois. Ses convictions en matière d'environnement auront finalement pris le dessus:

« Depuis des mois, je songe à partir et mille raisons me donnent envie de rester (...) Une seule me donne envie de partir, mais elle revient sans cesse avec plus de force : une impression d’imposture. Plus précisément, j’ai l’impression de berner les citoyens en leur faisant croire que nous prenons collectivement tous les moyens qui s’imposent pour ralentir le rythme de destruction de notre planète. » - Luc Ferrandez

L'ex-politicien affirme avoir été «incapable d’influencer la mairesse (ainsi que le président du comité exécutif et les membres du comité exécutif) sur la gravité de la situation et des mesures qui s’imposent» et que c'est pour cette raison qu'il «choisit de ne pas rester dans cette équipe».

Il affirme que le bilan environnemental de Projet Montréal est supérieur à celui de l'administration précédente dirigée par Denis Coderre. Il estime toutefois que ces gestes ne seront pas suffisants s'ils ne sont pas inclus dans « un plan concerté de réorientation et de ralentissement de la consommation et du développement du territoire. »

M. Ferrandez assure ne pas être en froid avec la mairesse Plante, mais précise que leur vision des enjeux environnementaux est différente. Il indique avoir déposé sa démission au greffier cet après-midi, qui la soumettra au conseil municipal le mois prochain. Son départ forcera la tenue d'une élection partielle.

Par ailleurs, l'ancien homme politique n'a pas l'intention de se lancer dans la prochaine campagne fédérale. « Si je juge Projet Montréal incapable de formuler un programme de préservation de l’environnement et du climat à la hauteur de la tâche, mon jugement est encore plus sévère avec les partis fédéraux et provinciaux. »

Élu à la tête du Plateau-Mont-Royal pour la première fois en 2009, M. Ferrandez a été réélu pour un troisième mandat en 2017, avec plus de 65 % des voix.
 

La mairesse de Montréal Valérie Plante n'a pas tardé à réagir. Par communiqué, elle a tenu à remercier M. Ferrandez pour son dévouement. 

Elle affirme que sa vision était audacieuse il y a dix ans, mais qu'elle est maintenant devenue une référence en politique municipale.

« Comme maire du Plateau-Mont-Royal, il a été un véritable acteur de changement. Il a été l’initiateur d’une grande révolution urbaine qui aujourd’hui fait école en matière d’aménagement, d’urbanisme et de verdissement. (...) Si le Plateau est aujourd’hui l’une des destinations les plus courues des Montréalais et des touristes, c’est essentiellement grâce aux réalisations du maire et de son équipe.» - Valérie Plante, mairesse de Montréal

Un politicien controversé

Depuis son élection en 2009, Luc Ferrandez a souvent fait parler de lui pour ses opinions tranchées. Récemment, ses écarts de langage l'ont ramené dans l'actualité.

Lundi, il a lancé un « What the f...» en s'adressant à un conseiller de l'opposition.

À la fin du mois d'avril, il a utilisé le même langage sur Facebook pour dénoncer les constructions en zones inondables.

(Avec la collaboration de Marie-Pier Boucher, journaliste Bell Média)