«Les travailleurs de l'Hôtel-Dieu sont révoltés!», clâme la CSN

Les travailleurs de la santé du Centre d'hébergement de l'Hôtel-Dieu-de-Saint-Hyacinthe sont «révoltés», au bout du rouleau: ils demandent au gouvernement et au CISSS Montérégie-Est de mettre fin au temps supplémentaire obligatoire, de combler rapidement la pénurie de personnel et au CISSS de changer ses pratiques administratives.    

Les bris de services, le personnel non remplacé et l'imposition «à outrance» du temps supplémentaire obligatoire sont autant d'irritants dénoncés par Daniel Laroche, président du Syndicat des travailleurs et travailleuses du CISSSME-CSN depuis plusieurs mois. 

 Du vendredi 26 avril au 29 avril, il manquait 41 préposés aux bénéficiaires pour une seule fin de semaine.  Du 1er avril 2018 au 2 février 2019, nous comptabilisons 139 000 heures de temps supplémentaire uniquement pour les préposés aux bénéficiaires! Les dispositions locales de la négociation ont donné des outils pour rehausser la profession et une structure pour permettre au personnel de souffler! On parle de vie humaine et de qualité des soins.

Après les coupures imposées au système par le gouvernement libéral, Annette Herbeuval (présidente régionale de la CSN croit que le gouvernement Legault doit valoriser des professions comme celles de préposés aux bénéficiaires ou à l'entretien, de mettre plus de ressources dans le système pour éviter que le travail «soit bâclé».

Selon elle,  M. Legault est au pouvoir depuis octobre et il est temps que le gouvernement réinvestisse pour que cesse cette «saignée» dans le réseau montérégien.  

Le président de la FSSS-CSN, Jeff Begley ajoute que cette situation est remarquée ailleurs au 4 coins de la province et qu'elle se généralise.

Rappelons que le Syndicat des travailleurs du CISSSME-CSN compte environ 5300 membres de catégories 2 et 3.