Meurtre de Daphné Huard-Boudreault : pas d'accusation contre les policiers

Aucune accusation criminelle ne sera déposée contre les policiers concernant le meurtre de Daphné Huard-Boudreault survenu le 22 mars 2017, à Mont-Saint-Hilaire en Montérégie. C’est ce qu’a conclu le Directeur des poursuites criminelles et pénales après avoir reçu le rapport du Bureau des enquêtes indépendantes.

La jeune femme de 18 ans qui a présumément été assassinée par son ex-copain, Anthony Pratte-Lops, alors qu’elle se rendait récupérer ses effets personnels avait contacté la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent avant le drame. C’est ce qu’avaient avancé des témoins qui affirmaient que la jeune femme avait demandé une intervention parce qu’elle avait peur de son ancien petit-ami. La rupture était survenue peu de temps avant le meurtre.

Dans ce contexte, le BEI avait été dépêché pour faire la lumière dans cette affaire. Au terme de l’enquête, l’analyse de la preuve n’a pas révélé d’infraction criminelle commise par les policiers. Le BEI ne rendra pas publiques les informations de son enquête pour le moment, puisqu’il y a des procédures judiciaires en cours contre le présumé meurtrier.

Le procès d'Anthony Pratte-Lops qui avait 22 ans au moment des faits allégués doit s'ouvrir le 24 avril prochain au palais de justice de Saint-Hyacinthe.