Une esclave sexuelle est délivrée par la police de Longueuil

Le Service de police de l'agglomération Longueuil a arrêté huit individus, six hommes et deux femmes qui auraient forcé une femme à se prostituer durant deux mois. Elle était retenue contre son gré, battue et menacée avec une arme à feu dans un logement du Vieux-Longueuil.

La victime a été découverte par hasard par les policiers du SPAL qui enquêtaient sur du trafic de stupéfiant et d'armes à feu. L'enquête avait été amorcée en janvier dernier à la suite d'une information du public. Après quelques semaines d'enquête, les policiers ont obtenu un mandat de perquisition. C'est lors de cette frappe que les agents ont fait la découverte de la victime. Elle aurait été forcée de rencontrer jusqu'à 7 clients par jour. 

« Elle a vu les policiers arriver, à réagir très fort parce qu'elle avait évidemment besoin de secours. Elle s'est là enfin sentie protégée. Malgré que les gens étaient détenus, elle a quand même subi une pression de la part des accusés ou des gens de leur entourage. » — l’agent Ghislain Vallières

Après vérification, il apparait que l'adresse était connue pour de l'exploitation sexuelle. Le SPAL croit d'ailleurs que les suspects pourraient avoir forcé d'autres femmes à se prostituer.

Une des personnes arrêtées était armée au moment de l'arrestation. Deux des suspects âgés entre 21 ans et 34 ans ont été libérés sous engagement, les autres demeurent détenus jusqu'à leur enquête préliminaire. Une suspecte est toujours recherchée, il s'agit de Cynthia Lefebvre.

Une seule personne du groupe n'a aucun antécédent judiciaire, tous les autres sont connus du milieu policier. Les suspects font face à de multiples chefs d'accusation, dont traite de personne, proxénétisme, trafic de stupéfiants, possession d'arme à feu et menaces.

Avec la collaboration d'Étienne Phénix, journaliste pour Bell Média