27 refus de tâches réduites pour les profs de la CSDC

Les professeurs du grand Drummond aimeraient avoir plus de flexibilité quant aux demandes reliées aux tâches réduites. Les enseignants veulent réduisent de 10% ou 20% leur horaire de travail afin, dans plusieurs cas, d'éviter l'épuisement professionnel.

27 membres du Syndicat de l'enseignement de la région de Drummondville (SERD) ont récemment essuyé des refus, car la Commission scolaire des Chênes a décidé de restreindre le nombre de tâches réduites pour la première fois.

Les secteurs ciblés sont le préscolaire et le primaire.

Le syndicat mentionne que le tout n'aide pas la conciliation travail-famille et les nombreuses demandes sont causées par la lourdeur des tâches.

Guy Veillette, président du SERD 

"On libère 5 tâches d'enseignants à statut précaire lorsqu'on 27 membres de la sorte. Nous on pense que ces 5 jeunes ne resteront pas ici à faire de la suppléance, ils vont aller ailleurs ! Je trouve que la commission scolaire travaille à contresens, il faut plutôt offrir de l'attraction, de la rétention de personnel. Dans la nouvelle réalité du travail, il faut que les employeurs soient plus flexibles, qu'ils offrent des contrats à temps partiel et des contrats à temps plein."

Le syndicat réclame aussi un programme de mentorat, ce qui n'existerait pas présentement.

Le président de la CSDC, Jean-François Houle, a indiqué au syndicat qu'il ne mettait pas en doute la légitimité de ces demandes, mais que le contexte de pénurie de main-d'oeuvre n'aide en rien et que les périodes de dépannage ont presque triplé en 3 ans.

Le syndicat reconnaît que la CSDC a été moins drastique qu'ailleurs, car elle a accepté les retraites progressives.