Deux enfants maltraités : la DPJ a fermé les yeux

La Direction de la protection de la jeunesse de la Mauricie-Centre-du-Québec est blâmée pour avoir fermé les yeux sur une situation « toxique » à Drummondville.

Un jugement de la Cour du Québec émet de vives critiques contre l'instance régionale dans le dossier de deux enfants laissés dans une famille d'accueil malgré de mauvais traitements.

Les deux jeunes ont été victimes de sévisses corpels et psychologiques durant 8 ans. 

Ils n'étaient âgés que de 2 et 6 ans lorsqu'ils ont été placés dans la famille d'accueil en 2008.

Dans son jugement, la juge Marie-Josée Ménard établit que la DPJ savait et qu'elle n'a rien fait pour corriger la situation.

Les enfants ont été retirés de ce milieu malsain et confiés à une nouvelle famille depuis.

La DPJ a admis avoir manqué à ses obligations.

Les réactions à ce jugement fusent de toutes parts.

Le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, a vertement condamné la situation sur sa page Facebook.

Pour sa part, le député de Drummond-Bois-Franc, Sébastien Schneeberger, exhorte la ministre de la Famille Lucie Charlebois de s'assurer que de telles situations ne puissent se reproduire.