DPJ : le syndicat exige une meilleure défense des intervenants

L'APTS demande au CIUSSS Mauricie/Centre-du-Québec de mieux défendre les intervenants de la DPJ.

Les services de la DPJ font l'objet d'une enquête de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Le tout survient suite au dévoilement de l'histoire de 2 garçons qui ont subi des sévices pendant 7 ans dans leur famille d'accueil à Drummondville.

Un couple de Victoriaville, famille d'accueil depuis 32 ans, a aussi fait la manchette dans les derniers mois en déplorant les relations difficiles avec la DPJ.

Le syndicat est d'avis que l'ensemble des employés de la DPJ se trouve injustement traité dans les controverses touchant l'organisation.

Sylvie Godin de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) :


 

Selon Radio-Canada, le CIUSSS MCQ s'est dit sensible à la réalité des employés, mais qu'il ne privilégiait pas les sorties publiques.

Le groupe veut plutôt augmenter le nombre de ressources sur le terrain pour faciliter le travail des intervenants et améliorer l'accès aux services.