Drame en Nouvelle-Zélande : Drummondville met son drapeau en berne

Drummondville met son drapeau en berne condamnant l'attentat terroriste perpétré en Nouvelle-Zélande.

Un tireur a fait 49 morts et plus de 40 blessés dans deux mosquées de Christchurch.

Le maire de Drummondville, Alexandre Cusson a voulu lancer un message de paix en précisant que la violence qu'a subie le peuple néo-zélandais hier n'a pas sa place et se doit d'être condamnée.

La violence qu'a subie le peuple néo-zélandais hier n'a pas sa place et se doit d'être condamnée. Ce sont près de 50 personnes qui ont perdu la vie dans un lieu de culte, de rassemblement. Je partage aujourd'hui le deuil de ces Néo-Zélandaises, Néo-Zélandais, qui ont perdu leurs mère, père, frères, soeurs, proches et amis. Mes pensées sont également dirigées vers l'ensemble des musulmans du monde entier et de la Ville de Drummondville. Je lance ici un message de paix... l'idéologie de l'un ne représente clairement pas celle de la masse; l'acte posé hier est particulièrement regrettable, et, à nouveau, je le condamne haut et fort. Ainsi, tout comme l'a fait ce matin l'Assemblée nationale du Québec, j'ai demandé à ce que le drapeau du mât principal de l’Hôtel de Ville de Drummondville soit mis en berne. C’est de cette façon, notamment, que nous exprimons notre solidarité envers la ville de Christchurch.

 

Par ailleurs, toute la classe politique canadienne condamne l'attentat terroriste perpétré en Nouvelle-Zélande.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a exprimé sa consternation et offert ses condoléances aux familles des victimes par communiqué.

Le premier ministre François Legault a aussi exprimé sa désolation... (RDI)

 

" C'est terrible ce qui est arrivé en Nouvelle-Zélande. Ce sont des actes inacceptables. C'est quelque chose qu'il faut dénoncer avec toute la force possible".

 

La sécurité autour des mosquées partout au Canada est rehaussée. Le niveau de menace demeure toutefois inchangé au pays.