Encore trop d'électrochocs au Centre-du-Québec?

Le comité Pare-Chocs dénonce encore une fois l'utilisation des électrochocs en santé au Centre-du-Québec, dont à Drummondville.

Le groupe qualifie encore une fois cette année la région centricoise de "royaume des électrochocs".

En 2017, le ratio était de 5,8 électrochocs par 1 000 de population. La moyenne québécoise est de 1,4.

C'est à l'hôpital Ste-Croix de Drummondville que l'on a le plus recours à cette méthode, soit 857 électrochocs donnés en 2017.

Le comité Pare-Chocs dénoncera cette situation en tenant, le 12 mai à Montréal,  la douzième édition de son rassemblement annuel contre les électrochocs. 

Au CIUSSS de la Mauricie/Centre-du-Québec, on affirme depuis des années que les électrochocs sont efficaces et sécuritaires.

Selon plusieurs médecins, le traitement de la dépression majeure par les électrochocs a une efficacité supérieure aux antidépresseurs.

La présence d'une équipe psychiatrique complète au Centre-du-Québec expliquerait notamment le grand nombre de patients touchés par l'intervention.