L'itinérance, un phénomène présent en Mauricie/Centre-du-Québec

Il y aurait plus de 275 personnes en situation d'itinérance " visible " en Mauricie et au Centre-du-Québec.

C'est le bilan du dénombrement mené par le ministère de la Santé pendant la nuit du 24 au 25 avril 2018 dans plusieurs villes du Québec.

À Drummondville, des questionnaires ont été distribués.

En Mauricie/Centre-du-Québec, l'itinérance " visible " touche plus les hommes que les femmes et d'avantages les gens de 30 ans et moins et de 30 à 49 ans.

61 % des gens sondés ont connu qu'un ou deux épisodes d'itinérance au cours de la dernière année. Pour 11% d'entre eux, c'est 5 épisodes et plus.

Les raisons évoquées pour la perte de leur logement sont la dépendance ou toxicomanie, un conflit avec un (e) ex-conjoint (e), l'incapacité à payer le loyer ou l'hypothèque, l'incarcération et des problèmes de santé mentale.

La majorité des gens en situation d'itinérance en Mauricie et au Centre-du-Québec voudrait obtenir de l'aide pour se trouver un logement, se dénicher un emploi, pour obtenir des services de santé mentale ou physique ou encore pour résoudre des problèmes légaux.

Selon le dénombrement, dans la nuit du 24 au 25 avril 2018, il y avait 5 800 personnes en situation d'itinérance " visible " au Québec.

Plusieurs intervenants et organismes s'entendent pour dire que le portrait est loin d'être parfait puisqu'il ne tient pas compte de l'itinérance " cachée ".