L'UQTR demande l'interventin du TAT

Lock-out à l'UQTR : la direction demande l'intervention du Tribunal administratif du travail (TAT).

Selon Radio-Canada, l'objectif est de forcer les professeurs à négocier de bonne foi.

L'UQTR démontrerait dans sa requête que le syndicat a démontré "une absence totale de volonté de négocier de façon diligente et de bonne foi".

Selon le document obtenu par la société d'État, le Syndicat des enseignants envisageait un conflit dès la première rencontre de négociation en juin 2017.

L'UQTR a mis ses enseignants en lock-out le 2 mai incluant ceux et celles du campus de Drummondville.