Lock-out : mise au point de l'UQTR

L'UQTR fait une mise au point au sujet des impacts possibles du lock-out de ses enseignants.

La direction réfute certains dires du porte-parole de l'opposition en matière d'enseignement supérieur, Alexandre Cloutier.

Le lock-out ne nuira pas aux cérémonies de la collation des grades prévues pour les 8 et 9 juin.

L'UQTR affirme aussi qu'il est faux d'affirmer que certains étudiants n'ont pas pu être diplômés ; la date limite pour la remise des notes est le 18 mai.

La direction précise que le lock-out ne nuit pas au déroulement des stages en sciences infirmières grâce à une entente avec le CIUSSS MCQ.

Les négociations se poursuivent avec les représentants de la partie syndicale.

L'UQTR a décrété mercredi dernier un lock-out de ses enseignants, incluant ceux du campus de Drummondville.

Par ailleurs, le lock-out des professeurs de l'UQTR a des impacts sur des projets à l'extérieur du cadre universitaire.

L'opération PAJE, un programme environnemental dans les écoles, est affectée.

Un projet d'aménagement faunique urbain dans des bassins devait se réaliser à Drummondville dans le cadre de ce programme.

Le tout est reporté d'un an, car le suivi technique était assuré par un professeur de l'UQTR et que ce projet ne peut se faire qu'au printemps.