Rapport de la CNESST sur le décès de Philippe Chiasson

Une gestion déficiente des manoeuvres de recul serait en cause dans le décès de Philippe Chiasson survenu en novembre 2018 à St-Germain-de-Grantham. C'est l'une des conclusions de l'enquête de la CNESST qui a retenue deux causes pour expliquer l'accident.

L'homme de 18 ans travaillait comme charpentier-menuisier pour l'entreprise Construction Ard-Air. Le 7 novembre 2018, il s'affairait à la compaction du sol à l'intérieur des murs de fondation d'une verrière. Alors qu'il quittait momentanément la fondation, il a été heurté par une pelle hydraulique alors que l'opérateur entreprenait une manoeuvre de recul.

 

 

Selon la CNESST, le fait que le travailleur se soit retrouvé dans l'angle mort arrière droit de la pelle hydraulique est l'une des causes de l'accident. Elle pointe aussi du doigt l'absence de gestion des manoeuvres de recul dans une zone où il y avait présence d'un travailleur à pied et d'une pelle hydraulique.

Depuis, le maître d'oeuvre du chantier, Construction Ard-Air et l'employeur, Excavation Yvon Benoit, ont apporté les corrections nécessaires. Une procédure est en place pour s'assurer des mesures de sécurité à appliquer lors d'une manœuvre de recul de l'équipement lourd. Les travailleurs sont également formés relativement aux risques liés aux manœuvres de recul sur un chantier de construction. 

Les conclusions de l'enquête de la CNESST seront notamment transmises à l'Association de la construction du Québec, l'Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec et l' Association des propriétaires de machinerie lourde du Québec.