Sévices à Drummondville : La DPJ changera ses méthodes

La DPJ répond aux nombreuses critiques formulées en lien avec l'histoire de ces deux enfants placés dans une famille d'accueil qualifiée de "toxique" à Drummondville.

Rappelons que les deux garçons ont subi des sévices à répétitions pendant plus de 7 ans.

La DPJ admet que la situation est déplorable et dit vouloir changer son approche. 

Gina Landry, directrice de la protection de la jeunesse Mauricie/Centre-du-Québec :


 

Les responsables du dossier n'auront cependant aucune sanction, mais la famille d'accueil ne pourra plus exercer ce titre.

Les deux victimes dans ce dossier ont été replacées dans un nouveau milieu et un suivi psychologique rigoureux serait exercé.