Un autre blâme pour la DPJ Mauricie/Centre-du-Québec

La DPJ Mauricie-Centre-du-Québec est une fois de plus pointée du doigt pour ses familles d'accueil toxiques.

Selon un jugement de la juge de la Cour du Québec, Marie-Josée Ménard, une adolescente de 12 ans aurait été négligée.

Elle a été hébergée en famille d'accueil entre l'âge de 6 ans et 11 ans.

Parmi les sévices soulevés : crochet à l'extérieur de sa porte de chambre, attaques verbales répétées et abandon lors des vacances.

Les sévices subis par l'adolescente l’auraient amené à souffrir d'un trouble de l'attachement profond.

La DPJ aurait même laissé aller le projet d'adoption du frère biologique de l'enfant par la famille d'accueil tout en abandonnant la fillette.

Par ailleurs, l'enquête qui vise la DPJ Mauricie/Centre-du-Québec n'est toujours pas complétée.

19 cas de services déficients touchant 38 enfants entre 2013 et 2016 ont été ciblés par la Commission des droits de la personne et de la jeunesse.

L'enquête a été amorcée en 2017 à la suite d'un autre jugement sévère de la juge Marie-Josée Ménard envers la DPJ Mauricie/Centre-du-Québec.

Elle reprochait à la DPJ d'avoir laissé 2 frères dans une famille d'accueil de Drummondville où ils étaient victimes d'abus. Les sévices auraient duré 2 ans.

 

 

En collaboration avec Frédéric Beaulieu, journaliste Bell Media