Un autre blâme pour la DPJ Mauricie/Centre-du-Québec

La DPJ de la Mauricie/Centre-du-Québec est de nouveau pointée du doigt pour une histoire de négligence. Selon le Nouvelliste, un garçon de 8 ans a subi des attouchements sexuels de la part d'un homme à qui la DPJ avait confié la garde.

Le garçon a été placé il y a près de 2 ans pour assurer son bien-être en raison de conflits à la maison, dû notamment à une séparation. Le garçon a été confié à un couple, amis de la famille.En février 2018, le père du garçon aurait tenté d'alerter la DPJ ayant de bonnes raisons de croire que l'homme chez qui vivait son fils était un pédophile. La DPJ a alors confronté l'homme qui affirme ne faire face à aucune accusation criminelle en ce sens.

Le mois suivant, la DPJ fait à l'homme une "évaluation de risque de récidive"  par le Programme d’évaluation et de traitement des agressions sexuelles. À ce moment, le père du garçon ne comprend pas pourquoi la DPJ maintient son fils auprès de l'homme malgré les soupçons soulevés. C'est 4 mois plus tard, en juillet 2018, que la DPJ rencontre le jeune garçon et le questionne sur les possibles attouchements sexuels. Selon le rapport produit par la DPJ, ces allégations étaient bel et bien fondées. L'enfant a été retiré du milieu.

Le père du garçon est d'avis que la DPJ a tardé à agir et il songe sérieusement à déposer une poursuite. Il déplore aussi le fait de ne pas avoir obtenu d'aide ou de soutien à la suite de cette histoire.

La présumée victime étant mineure, il est interdit de dévoiler son identité, tout comme celle de son père. L'identité de l'homme suspecté d'attouchements doit aussi être gardée secrète puisqu'aucune accusation criminelle n'a encore été portée à ce jour.