Un autre sévère blâme pour la DPJ de la Mauricie/Centre-du-Québec

Nageant déjà en eaux troubles, la DPJ de la Mauricie/Centre-du-Québec est pointée du doigt par la juge Pascale Berardino.

Dans un jugement récent, la juge dénonce l'instabilité à la direction de la DPJ et au niveau du personnel. Pour elle, des enfants ont été abandonnés à leur sort en raison de cette instabilité. La juge Berardino demande à la DPJ Mauricie/Centre-du-Québec un plan d'action clair qui devra être présenté à la Commission des droits de la personne.

La DPJ Mauricie/Centre-du-Québec fait d'ailleurs déjà l'objet d'une enquête par la Commission des droits de la personne. L'enquête a été amorcée en 2017 à la suite d'un autre jugement sévère de la juge Marie-Josée Ménard envers la DPJ Mauricie/Centre-du-Québec. Elle reprochait à la DPJ d'avoir laissé 2 frères dans une famille d'accueil de Drummondville où ils étaient victimes d'abus. Les sévices auraient duré 2 ans. En 2018, la même juge avait critiqué l'organisme pour avoir « abandonné » une enfant au sein d'une famille d'accueil « toxique » pendant six ans.

Il est fort possible que ce dossier se retrouve entre les mains de la présidente de la Commission d'enquête sur la protection de la jeunesse, Régine Laurent.