Une soixantaine de producteurs ont signé le recours collectif contre Écolait

Le recours collectif contre Écolait progresse.

Plusieurs dates doivent être fixées dans les prochaines semaines, notamment pour une tentative de règlement et pour le procès.

À la suite des avis publics, c'est une soixantaine de producteurs de lait et de veaux qui ont signé le recours piloté par Me Paul Biron de Drummondville.

Rappelons que l'action en justice dénonce, entre autres, des clauses de contrats abusives de la part d'Écolait.

Par ailleurs, la compagnie aurait acheté des bêtes à moindre prix alors que son mandat était de les vendre au plus offrant, selon ce qui est reproché.

Les sommes qu'entend demander Me Biron au nom des producteurs avoisineront les 35 M$.

Le cabinet qui évoque le refus de collaborer d'Écolait tentera d'obtenir une copie intégrale d'un rapport de la Financière agricole sur les pratiques d'Écolait.

Ce document démontrerait par exemple le mécanisme du prix des animaux fixé par la compagnie.

Le processus de recours a débuté en 2010. Me Biron estime que les mauvaises pratiques présumées ont causé des ravages chez les producteurs.

Certains se sont lourdement endettés, d'autres ont perdu leur avoir. Des divorces sont également survenus dans d'autres cas, selon l'avocat drummondvillois.

Si un procès doit avoir lieu, il pourrait n'être fixé que dans un an en raison de sa longueur. 

Une vingtaine de témoins en plus d'experts pourraient y être entendus.