Les chauffeurs veulent la parité salariale  

Les quelque 250 membres du Secteur transport scolaire de l'Estrie (STS) se mobilisent pour que leur métier soit reconnu.

Les chauffeurs de la Fédération des employés de services publics souhaitent obtenir un décret de leurs conditions de travail, incluant un salaire de référence.

Actuellement au Québec, certains conducteurs d'autobus scolaire ne touchent guère plus que le salaire minimum.

Le plan d'action proposé par le syndicat veut s'attaquer à la disparité salariale.

Le 19 janvier dernier, les délégué-es du STS ont adopté un plan d’action afin d’atteindre leurs objectifs et toutes les options sont actuellement envisagées pour y arriver.

Le représentant syndical Stephen Gauley rappele qu’au Québec, plus de 575 000 écoliers, soit un peu moins de 60 % de tous les élèves du primaire et du secondaire, montent à bord des autobus scolaires tous les jours.