Conflit à la STO : les deux parties doivent mettre de l'eau dans leur vin selon le maire

La Société de transport de l'Outaouais et le Syndicat des chauffeurs et employés d'entretien doivent mettre de l'eau dans leur vin s'ils veulent régler le conflit qui dure depuis plusieurs mois.

C'est ce qu'a affirmé aujourd'hui le maire Maxime Pedneaud-Jobin, qui a également ajouté faire pleinement confiance au président de la STO, Gilles Carpentier.

''Il y a un fossé important entre les parties. Ils doivent faire du travail ensemble pour arriver à une solution au plus vite parce qu'on a des citoyens qui vivent des conséquences importantes.''

Maxime Pedneaud-Jobin, 

Hier, lors d'un point de presse, la STO a affirmé qu'il existe un gouffre d'environ 12 millions de dollars entre son offre et les demandes du syndicat.