Madeleine Meilleur: encore du sable dans l'engrenage

Madeleine Meilleur ira jusqu'au bout du processus, malgré la vive opposition que soulève sa nomination au poste de commissaire aux langues officielles du Canada.

C'était au tour des membres du Sénat de pouvoir lui poser leurs questions hier, alors que l'ancienne ministre ontarienne témoignait devant le comité plénier.

Son appartenance à la famille libérale et des échanges tenus avec deux hauts-placés du gouvernement Trudeau ont notamment soulevé une certaine opposition.

Mme Meilleur a maintenu qu'elle n'a pas eu de passe-droit et affirme qu'elle saura laisser la partisanerie de côté si elle est choisie pour le poste.