SPVG et les médias: beaucoup de réactions

Les révélations concernant le SPVG à la commission Chamberland suscitent de nombreuses réactions en région.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, affirme notamment dans LeDroit ce matin qu'il est faux de croire que toutes les sources journalistiques se valent et que toutes devraient être protégées.

Selon lui, les gens, dans ce cas-ci les policiers, qui parlent aux journalistes et qui mettent en danger des opérations, voire des collègues, ne devraient pas être protégés.

De son côté, le chef du SPVG, Mario Harel, attribue aux conflits syndicaux la genèse de ce problème au sein de ses rangs.

Il croit que tout a débuté lors des moyens de pression du syndicat en 2010-2011.