Un Gatinois arrêté : le SPVG à la recherche de victimes d'agressions

Un Gatinois de 41 ans a été arrêté le mois dernier en lien avec un dossier à caractère sexuel.

Les faits reprochés à Vincent Vachon auraient commencé en 2009 alors qu'il habitait à Toronto.

Il serait entré en communication avec sa victime par l'intermédiaire du site de réseautage en ligne Outaouais Web, très populaire auprès des adolescents à l'époque.

Leur relation, qui a duré près de deux ans, a rapidement dégénéré.

La victime aurait été agressée sexuellement à plusieurs reprises. Elle aurait aussi subi du chantage émotif et de la violence psychologique.

Ce n'est qu'en 2018 qu'elle a trouvé le courage de le dénoncer.

Le Service de police de Gatineau a des raisons de croire que l'homme aurait pu faire d'autres victimes, ici comme ailleurs au Québec et en Ontario.

« Que les agressions datent de 5, 10 ou 15 ans, cela n'a pas d'importance, puisque nous savons que les victimes d'agression sexuelle peuvent avoir besoin de temps pour trouver le courage d'agir. »

Renée-Anne St-Amant, porte-parole du SPVG

CONSEILS DE PRÉVENTION

Le SPVG invite les parents et les adolescents à redoubler de prudence lorsqu'ils utilisent Internet ou des applications de clavardage et de photographies.

  • Il est important de parler aux jeunes de leurs activités sur Internet, de leurs pratiques et de leurs amis ainsi que de s'intéresser à ce qu'ils font.
  • Les jeunes devraient être à l'aise de rapporter à un adulte de confiance toute situation ou échange qui les trouble ou les rend mal à l'aise.
  • Ils ne devraient jamais envoyer de photo d'eux-mêmes à un inconnu, sans avoir préalablement consulté un adulte.
  • Un jeune ne devrait jamais accepter de rencontrer une personne avec qui il est entré en contact sur Internet sans la présence d'un adulte.

L'installation d'un contrôle parental peut être une option supplémentaire pour aider à assurer une surveillance des activités des jeunes sur Internet.