Courriel de Marie-Claude Camirand: légal ou pas?

Le Directeur général des élections du Québec pourrait enquêter à la suite du courriel envoyé par Marie-Claude Camirand qui invitait André Bertrand à abandonner sa candidature et à se ralier au clan de Jean-François Aubin.

Par contre, approcher un autre candidat pour tenter de le faire changer de camp n'est pas interdit, même que ça fait partie du jeu politique.

Selon la loi, une infraction est commise si une personne «obtient ou tente d'obtenir qu'une personne pose sa candidature à un poste de membre de conseil, s'abstienne de le faire ou retire sa candidature en lui promettant quelque don, prêt, charge, emploi ou en lui faisant des menaces».

Dans ce cas-ci, Marie-Claude Camirand promettait une place à M. Bertrand dans l'équipe Aubin après les élections.

Si une plainte est déposée et que le DGEQ détermine que  Mme Camirand n'a pas fait tout dans les règles de l'art, elle pourrait s'exposer à une amende  de 5000$ à 20 000$.