Demande de libération conditionnelle refusée pour Said Namouh

La demande de libération de Said Namouh, le premier québécois condamné à la prison à perpétuité en vertu de la loi antiterroriste a été refusé aujourd'hui devant la Commission des libérations conditionnelles.

Les commissaires en sont venus à la conclusion que l'individu démontrait toujours un potentiel à tuer d'innocentes victimes au nom d'une idéologie.

Le résident de Maskinongé qui est emprisonné à l'établissement de Donnacona avait été déclaré coupable en 2010 de complot en vue de commettre un attentat, de participation aux activités d'un groupe terroriste et de facilitation de ces activités et d'extorsion par association.

Said Namouh souhaitait participer à une opération kamikaze avant d'être arrêté par les autorités canadiennes.