Frousse à bord

Un résidant de Maskinongé entend demander un important dédommagement à Air Transat après avoir vécu une dépressurisation à bord de l'appareil qui revenait d'Orlando dans la nuit de samedi à dimanche. 

En entrevue au Nouvelliste, Éric Provost explique que les agents de bord de l'appareil, qui avait amorcé sa descente vers Montréal au moment des événements, n'ont pas su agir de façon à rassurer et aider les passagers. 

Selon lui, les employés devraient revoir leur protocole de mesures de sécurité. 

Les agents de bord n'auraient aidé personne selon M. Provost et les passagers ont été laissés à eux même en sortant de l'appareil alors que près de 2000 personnes attendaient pour passer la douane. 

Éric Provost a subi un choc psychologique,  a ressenti des démangeaisons à la langue et il croit avoir été intoxiqué par ce qu'il a respiré dans l'appareil.