La CAQ fait passer le seuil d'immigration à 40 000 nouveaux arrivants en 2019

Tel que promis en campagne électorale, la CAQ abaisse le seuil d'immigration à 40 000 nouveaux arrivants en 2019. Le ministre de l'Immigration a déposé son plan, mardi après-midi, à l'Assemblée nationale.

Le Québec ouvrira ses portes à environ 20% de moins d'immigrants que l'an dernier. Ces baisses concernent l'immigration économique, la réunification familiale et l'accueil de réfugiés. Cette diminution ne serait qu'une mesure temporaire, mais surtout elle permettrait de mieux encadrer les nouveaux venus, selon la Coalition Avenir Québec.

«Ce qu'on souhaite faire, c'est mieux accueillir, mieux intégrer, mieux franciser les immigrants. Ça passe notamment par un parcours personnalisé pour s'assurer que chaque personne qui choisit le Québec est bien encadrée.» - Simon Jolin-Barrette, ministre de l'Immigration

L'opposition martèle le problème de pénurie de main-d'oeuvre

Le dépôt du projet de loi a donné lieu à des échanges houleux à l'Assemblée nationale. L'opposition martèle que cette décision ne fera qu'empirer le problème de pénurie de main-d'oeuvre déjà omniprésent à travers la province.

Le chef intérimaire du Parti libéral, Pierre Arcand s'est interrogé sur la capacité de la CAQ de mener à terme toutes ses promesses.

« La preuve que le premier ministre minimise l'ampleur de la situation, c'est qu'à cela il veut ajouter 5000 classes de maternelle 4 ans (...) 30 nouvelles maisons des aînés. (...) Où va-t-il prendre recruter ces travailleurs? En Ontario?» - Pierre Arcand, chef du PLQ

François Legault a répondu en attaquant les Libéraux. Le chef de la CAQ estime que ses adversaires n'ont pas de leçon à donner concernant la gestion du dossier de l'immigration.

« Au cours des dernières années, un immigrant sur cinq a quitté le Québec parce qu'il n'a pas trouvé d'emplois intéressants. (...) C'est un peu court de penser qu'on va réussir à régler tous les problèmes de manque de main-d'oeuvre seulement avec l'immigration. » - François Legault

 

Ottawa en désaccord

Les discussions sont déjà entamées entre Québec et Ottawa dans ce dossier. Le provincial ne détient pas toutes les compétences pour mettre en place le plan de réduction des seuils.

À l'image des partis d'opposition, le fédéral évoque le manque de travailleur:

« Ce que j'entends à travers le Québec, c'est les entrepreneurs préoccupés par la pénurie de main-d'oeuvre. Je ne suis pas sûr que c'est le meilleur moment pour réduire le nombre de gens. » Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Interpellé à sa sortie de la période de questions à l'Assemblée nationale, François Legault s'est contenté de répondre que monsieur Trudeau sait que « la CAQ a un mandat clair.»