Le Trou du Diable: une transaction qui fait jaser.

Des microbrasseurs de la région réagissent à la vente du Trou du Diable à Six Pints, une filiale de Molson/Coors.

Contacté par le Nouvelliste, Jean-Luc Marchand du Broadway Microbrasserie à Shawinigan, éprouve un certain malaise de voir ce fleuron passer aux mains d'un géant contre lequel les microbrasseries se battent depuis des années.

Du côté de A la Fût à St-Tite, un des membres de la coopérative, Phillipe Dumais, estime qu'il est dommage qu'une microbrasserie doivent se faire acheter pour survivre et ainsi perdre un peu de sa saveur locale.

Alex Dorval du Temps d'une Pinte à Trois-Rivières est d'avis que d'autres options auraient pu être envisagées pour maintenir la viabilité du Trou du Diable.

Tous s'entendent pour dire que si une situation similaire se produisait, il serait hors de question de vendre à une multinationale.