Lock-out à l'ABI: les syndiqués répondront à l'offre patronale lundi

Les 1030 employés en lock-out de l'Aluminerie de Bécancour (ABI) s'exprimeront lundi sur la plus récente offre patronale.

Le syndicat des Métallos (FTQ) a annoncé que ses membres allaient se rassembler en assemblée générale dès 13 h le 11 mars.

Ils se prononceront alors sur l'offre que l'employeur a soumise lundi afin de mettre fin au conflit de travail qui dure depuis près de 14 mois.

L'entente propose une convention collective de 6 ans avec des augmentations salariales correspondant à une moyenne minimale de 2,55 % par année.

Elle comprend également une réorganisation du travail qui respecte l'ancienneté et qui ne prévoit aucune mise à pied.

D'ailleurs, au départ du conflit de travail, le respect du critère de l'ancienneté dans les mouvements de main-d'oeuvre était l'un des principaux points en litige.

Sans vouloir commenter publiquement, le président de la section locale 9700 du syndicat des Métallos, Clément Masse, a dit par voie de communiqué que l'offre reçue lundi ressemblait beaucoup à celle qui était sur la table lorsque ABI a mis fin aux négociations le mois dernier.

« Pour ce qui est du contenu des conventions collectives, cela reprend essentiellement le compte rendu de négociations dont nos membres ont pris connaissance lors de la dernière assemblée générale. Par soucis de transparence, l’exécutif syndical a choisi de soumettre l’offre patronale en question au scrutin secret », explique-t-il.

ABI est propriété à 75 % d'Alcoa et à 25 % de Rio Tinto.