Ouverture de la maison Martin-Matte à Trois-Rivières

IMG_8527_opt

La maison Martin-Matte de Trois-Rivières a officiellement été inaugurée mercredi, au grand bonheur de l'humoriste derrière le projet. Grâce à l'implantation de ce bâtiment, 10 traumatisés crâniens de la région auront un logement chacun, dans lequel ils pourront vivre à long terme.

Il s'agit de la 7e maison Martin-Matte à ouvrir depuis l'inauguration de la toute première en 2008 à Laval. Un investissement de 2,3M$ a été nécessaire pour que le projet puisse voir le jour, dont une contribution de 205 000$ de la Ville de Trois-Rivières, 350 000$ de la Fondation Martin-Matte et 188 300$ de la Fondation InterVal du CIUSSS-MCQ. 

Les villes de Sherbrooke, Blainville, Coaticook, Lac-Etchemin et Québec bénéficient aussi d'une telle résidence. Dans les prochains mois, la construction d'une 8e maison s'entamera à Trois-Pistoles.

Pour Martin Matte, ces maisons offrent d'abord et avant tout un répit et une sécurité aux familles, en plus de permettre aux résidents de socialiser entre eux.

« Il n'y a pas de résidence qui répond à leurs besoins. Ils sont dans des places non-adéquate, comme des CHSLD. Celle qu'on ouvre aujourd'hui à Trois-Rivières répond à ces besoins-là. Mon frère a fait 19 maisons d'accueil en 20 ans et ça finissait toujours mal. C'est une grande sécurité pour les familles et une belle réalisation. »

La maison Martin-Matte de Trois-Rivières offre neuf logements 3½ et un 4½. Dès l'annonce de la construction, ils ont tous trouvé preneur, ce qui démontre bien l'ampleur de la demande, selon l'humoriste.

« C'est comme une banalité d'avoir un appartement ou une maison, mais quelqu'un qui n'en a pas, qui ne sait jamais où il va se réveiller, d'avoir sa chambre, sa maison, c'est magique. Ça joue sur le moral et le bonheur des gens. »

Chaque jour, au Québec, 10 personnes subiront un traumatisme crânien sévère. Martin Matte souhaite ouvrir davantage de maisons puisque le modèle n'existe pas dans le réseau de la santé et qu'il s'agit de la seule formule qui répond aux besoins des traumatisés crâniens.