Triste souvenir, dix ans après

Le quotidien Le Nouvelliste revient ce matin 10 ans en arrière en rappelant la triste histoire d'Alain Piché. 

Piché, un comptable de profession, avait enlevé la vie de ses parents avant de les décapiter et les placer au congélateur. 

Il avait été établi à l'époque que Piché souffrait de schizophrénie. 

D'ailleurs, il a séjourné au pavillon Ste-Thérèse de Shawinigan pendant 2 ans avant d'être transféré à l'Institut Philippe-Pinel. 

Il habiterait actuellement dans une ressource intermédiaire de la région de Montréal et est toujours sous la responsabilité de la commission d'examen des troubles mentaux. 

Une des membres de sa famille, Julie Martel, dit craindre que son cousin tente un jour de les retrouver. 

Elle reproche également au système de les avoir laissé seuls à eux-mêmes lors des événements. 

Elle raconte même que ses parents dont la mère était la soeur de la mère d'Alain Piché ont déménagé afin d'être sur qu'Alain Piché ne possède pas leurs coordonnés. 

On rappelle également que la famille a tenté en vain que l'homme n'ait accès à l'héritage et qu'il a plutôt mis la main sur plusieurs milliers de dollars et une maison qui a été vendue en 2011.