Serge Fiori : Respecter ses limites

La journée Bell Cause pour la cause, qui aura lieu le 30 janvier prochain, vise à mettre fin à la stigmatisation et à amorcer une conversation sur la santé mentale.

C'est également une journée pour amasser des fonds afin de soutenir des initiatives de santé mentale partout au pays.

Au cours des dernières années, certaines vedettes québécoises de la musique se sont confiées au sujet de leurs batailles personnelles avec la dépression, l'anxiété, le trouble bipolaire et d'autres maladies mentales.

C'est le cas de Serge Fiori, membre fondateur du célèbre groupe Harmonium.

Après avoir connu la gloire dans les années 70, Serge s'est tranquillement effacé de la scène artistique québécoise, jusqu'à disparaître complètement après le lancement de son album solo en 1987.

Dans sa biographie intitulée S'enlever du chemin, il a donné les raisons qui l'ont poussé à s'éloigner des micros et des projecteurs.

À cause d'une pilule de LSD qui lui a causé un trouble aux neurotransmetteurs, il a vécu des épisodes d'angoisse et d'anxiété qui, avec le temps, ont été décuplés par la pression de show-business.

Aujourd'hui médicamenté, il a repris goût à son métier d'artiste, mais en respectant les limites qu'il sait imposer pour conserver son équilibre.


Sur le même sujet :

ADISQ : Harmonium recevra un hommage bien mérité

   

Un hommage à Harmonium pour les 40 ans de l'ADISQ