Bois d'oeuvre : une entente négociée est nécessaire selon l'UMQ

Il est primordial pour le Canada et les États-Unis de régler le litige sur le bois d'oeuvre.

C'est l'une des conclusions de la mission de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) à Washington sur le dossier.

L'UMQ a passé les derniers jours à sensibiliser les acteurs américains de l'industrie et des élus.

Les impacts des droits compensatoires imposés aux entreprises canadiennes ont été discutés.

Le premier vice-président de l'UMQ et chef de mission, Alexandre Cusson :

 

L'UMQ fera un compte-rendu des discussions aux deux paliers de gouvernement afin qu'ils affinent leur stratégie pour la suite des choses.

Monsieur Cusson indique qu'il est préférable d'en arriver à une entente négociée le plus rapidement possible plutôt que de régler ce conflit devant les tribunaux. 

Même si la Cour donnait raison au Canada dans ce conflit, les délais qui sont parfois de plusieurs années seraient trop longs pour les entreprises québécoises.Des pertes de travailleurs pour plusieurs régions du Québec pourraient en découler.

Par ailleurs, le régime forestier du Québec qui est méconnu doit être mis à l'avant-plan selon l'UMQ.

À nouveau Alexandre Cusson :