Collision en plein vol au-dessus des Promenades Saint-Bruno, le BST publie son rapport

Un problème de communication et des erreurs de pilotage sont à l'origine de la collision en vol de deux avions-écoles au-dessus des Promenades Saint-Bruno en mars 2017 selon le rapport d'enquête du Bureau de la sécurité des Transports du Canada publié ce matin. 

Les deux élèves de la compagnie Cargair volaient dans le ciel de la Montérégie lorsqu'un problème de radiocommunication est survenu dans l'un des appareils.

La défectuosité du microphone faisait en sorte que le jeune pilote entendait les ondes radio par intermittence. Cargair n'est pas surprise des conclusions du rapport, mais ne s'estime pas responsable.

« Au niveau de l'équipement radio, le pilote est parti de chez Cargair le matin. A communiqué de façon très claire avec la tour, a reçu son autorisation de circuler, a confirmé celle-ci, s'est aligné pour le décollage, a été confirmé par radio son autorisation de décollage. Même chose en vol, l'équipement radio fonctionnait très bien, alors pour nous on ne peut réparer quelque chose si on ne constate pas le bris. Pour nous, ce matin-là, l'équipement était parfaitement navigable, l'équipement de communication fonctionnait très bien au sol et à l'envol. » — Daniel Adams, directeur d'exploitation aérienne chez Cargair

En essayant de régler le problème, le jeune homme aux commandes du Cessna immatriculé C-CPNP est descendu à 100 pieds sous la restriction d'altitude fixée à 1600 pieds. 

Au même moment, son collègue de l'aéronef C-FGOI a excédé de 400 pieds la position fixée par la tour de contrôle de l'aéroport de Saint-Hubert, situé à proximité. 

Aucun des pilotes n'a vu l'autre aéronef à temps pour éviter la collision. 

Un des appareils est tombé sur le toit du centre commercial lors que l'autre s'est écrasé dans le stationnement. 

« Ce que le BST a publié ce matin confirme ce que l'on pensait avec certains appuis techniques. Cargair prend note du rapport. On ne peut pas être satisfait. On a perdu un jeune plein de talent. Malheureusement on ne saura jamais pourquoi l'étudiant a décidé de monter aussi rapidement à une altitude non autorisée, mais aujourd'hui le rapport vient nous réconforter par rapport à ce qu'on avait comme informations » — Daniel Adams

BST/Un des appareils est tombé sur le toit des Promenades St-Bruno qui a été complètement évacué par mesure préventive.

Au Québec pour apprendre 

Le pilote décédé était âgé de 21 ans.  Le jeune Chinois était autorisé à voler seul. 

Il parlait anglais, un anglais fonctionnel répondant aux normes minimales conclut le BST. 

L'autre pilote âgé de 23 ans, aussi de nationalité chinoise, détient une licence de pilote privé et parle aussi anglais. Il a été gravement blessé dans l'accident. 

Les deux jeunes hommes aspiraient à devenir pilote de ligne en Chine. 

Le BST constate que le test de compétence linguistique pour l'aviation exercé par Transport Canada se limite à des vérifications administratives. 

Depuis cet accident mortel, Transport Canada exige que les pilotes soient aptes à bien comprendre les commandes des contrôleurs avant de prendre la voie des airs. 

L'école de pilotage indique avoir apporté quelques modifications mineures à l’évaluation des candidats en ce qui a trait à la langue depuis les évènements. 

« Ça fait 12 ans qu'on forme des pilotes principalement qui nous viennent de l'Asie. On a des processus bien documentés pour évaluer le niveau d'anglais. On a apporté certaines modifications particulièrement en classe, on est plus pointilleux sur l'environnement de travail, les consignes émises par la tour, les termes utilisés par les contrôleurs. » — Daniel Adams, directeur d'exploitation aérienne chez Cargair

Il y a quatre écoles de pilotage à l'aéroport de Saint-Hubert, ce qui augmente la complexité du contrôle de la circulation aérienne écrit le BST dans son rapport. 

Lors de l'accident, Cargair exploitait une flotte de 52 aéronefs, dont 29 Cessna 152. 

BST/Le décès du pilote de cet appareil a été constaté sur place.

Les enquêteurs du BST ont recréé par ordinateur la position des deux appareils lors de l'accident.

BST/Trajectoires empruntées par les deux appareils de la compagnie Cargair