Création d'un comité d'experts pour encadrer les victimes d'agression sexuelle

La création d'un comité d'experts pour mieux encadrer les victimes d'agression sexuelle et de violence conjugale est saluée dans Drummond. Le gouvernement du Québec souhaite faciliter les dénonciations et l'accompagnement dans le système judiciaire.

Un changement nécessaire selon le CALACS La Passerelle de Drummondville qui aide une centaine de femmes par année victimes d'agression sexuelle.

Suzanne Viens, intervenante au CALACS La Passerelle 

"Ça part de la plainte jusqu'au prononcé de la sentence. C'est qu'on trouve difficile c'est que le fardeau de la preuve repose sur les épaules des victimes. Y'a aussi encore beaucoup de préjugés, ce qui ne facilité pas le passage des victimes au sein du parcours judiciaire."

COMPOSITION DU COMITÉ D'EXPERTS

- La juge en chef de la Cour du Québec (2009-2016), Elizabeth Corte
- La fonctionnaire émérite en matière d'agression sexuelle et de violence conjugale, Hélène Cadrin
- L'enquêteur spécialisé en matière d'agressions sexuelles et directeur adjoint des enquêtes criminelles de la SQ, Sylvain Guertin
- La procureure à la Direction des poursuites criminelles et pénales, Éliane Beaulieu
- La chercheuse et professeure titulaire à la faculté de droit de l'Université Laval, Julie Desrosiers
- Une membre des "Courageuses", Patricia Tulasne
- Plusieurs intervenants de centres d'aide aux victimes et de groupes de défenses des droits des victimes
- Les hommes et les Autochtones victimes d'agressions sexuelles disposent chacun d'un représentant au sein du comité-conseil