Décès d'Éloïse Dupuis: ses volontés respectées selon le coroner

Éloise Dupuis a fait un "choix libre et éclairé" lorsqu'elle a refusé de recevoir une transfusion sanguine après son accouchement. 

La communauté des Témoins de Jehovah n'a eu aucune influence dans le dossier selon le rapport du coroner Luc Malouin, publié ce matin.

La jeune femme de 26 ans est morte à la suite d'une césarienne à l'Hôtel-Dieu de Lévis le 12 octobre 2016.

Une transfusion sanguine aurait pu lui sauver la vie selon le coroner.

 

Un refus catégorique

Éloise Dupuis a spécifié dès le départ qu'elle ne souhaitait pas de transfusion sanguine en raison de ses croyances religieuses lors de son admission à une maison de naissance de Lévis, le 5 octobre 2016.

Sa césarienne a seulement été pratiquée à 14h30, le lendemain, à l'hôpital de Lévis. 

La nouvelle maman souffre ensuite d'une hémorragie majeure après son opération.

"Les médecins ont informé la patiente et sa famille de l'importance des transfusions sanguines pour lui sauver la vie (...) La patiente a maintenu son refus." - extrait rapport du coroner Luc Malouin.

Le coroner ajoute que "le refus de toute transfusion sanguine est noté à de nombreuses reprises dans les dossiers médicaux" de Mme Dupuis.

Éloise Dupuis est morte d'un choc hémorragique quelques jours plus tard. L'enfant a survécu.

 

"Ça ne vaut absolument rien"

La tante d'Éloïse, Manon Boyer, est amèrement déçue du rapport du coroner Malouin.

Elle croit que ces recommandations qui tiennent sur quelques lignes ne changent absolument rien.

Le coroner propose de mieux planifier le plan d'action de patients refusant les transfusions.

"Est-ce que faire un manuel pour expliquer des choses à un Témoin de Jéhovah va effacer 20- 25 ans d'endoctrinement? Un consentement libre ne l'est pas pour les gens qui font partie des sectes religieuses." - Manon Boyer

Mme Boyer se dit pour la liberté de religion, mais pas au pris d'une vie.

Elle affirme qu'il n'y a aucun plan B pour les Témoins de Jéhovah qui refusent les transfusions.