DÉCÈS DE JEAN LAPIERRE: Une erreur de pilotage à l'origine de l'écrasement

Des erreurs de pilotage sont à l'origine de l'écrasement d'avion qui a coûté la vie au chroniqueur Jean Lapierre et une partie de sa famille, aux Îles-de-la-Madeleine, le 29 mars 2016.

L'enquête du Bureau de la Sécurité des Transports démontre que le pilote Pascal Gosselin a subitement remis les gaz pour éviter que l'appareil ne décroche lors des procédures d'atterrissage.

Cette manoeuvre a précipité l'avion au sol causant la mort de 7 personnes. 

"Le pilote a poursuivi une approche non stabilisée qui a mené à un déséquilibre de l'avion à une altitude insuffisante pour prévenir l'impact avec le sol." - Natascha Van Temsche, porte-parole du BST

Une mauvaise gestion des risques

Dans son rapport, le BST démontre que le pilote aurait pris une série de risques avant d'atterrir.

Pascal Gosselin effectuait plusieurs tâches simultanément en tentant de poser l'appareil, un Mitsubishi MU-2. 

De plus, il expliquait le mode de fonctionnait de l'appareil au co-pilote, Fabrice Labourel qui n'avait jamais piloté ce type d'appareil. 

"Il réagissait à la situation au lieu de la contrôler (...)  Une option à considérer dans cette situation est d'abandonner l'approche pour remonter à une hauteur sécuritaire." - Natascha Van Temsche

Jean-Lapierre était accompagné de sa conjointe Nicole Beaulieu, de ses frères Marc et Louis et de sa soeur Martine. 

La famille se rendait aux Îles-de-la-Madeleine pour assister aux funérailles de leur père décédé quelques jours plus tôt. 

Cette animation du BST démontre les dernières manoeuvres du pilote dans les moments précédant l'écrasement.

La fille de Jean Lapierre, Marie-Anne, n'a pas l'intention de commenter. Dans un message publié sur Facebook, elle remercie le BST pour son travail, espérant que ses recommandations seront entendues par Ottawa.