Déchets à Gatineau : les citoyens devront payer?

Les Gatinois doivent s'attendre à d'importants changements dans la gestion des matières résiduelles.

La Ville a décidé d'aller de l'avant avec certaines mesures qui visent à réduire de 45%, d'ici deux ans, la quantité de déchets qui se retrouvent à l'enfouissement.

Les résidents devront se limiter à un bac de 120 litres de déchets toutes les deux semaines. Si c'est plus, ils devront payer.

Des mesures spéciales sont aussi prévues pour ceux et celles qui habitent dans des immeubles à logements.

Autres possibles changements à venir :

  • Les matières compostables seront interdites dans les ordures ménagères.
  • Les encombrants et les résidus de construction seront également interdits dans les ordures ménagères.
  • On réduira de moitié la fréquence de vidange des conteneurs d'ordures ménagères dans les immeubles à logements multiples. Ainsi, la vidange s'effectuera toutes les deux semaines. (La fréquence de collecte s'effectue déjà toutes les deux semaines aux unités d'habitation desservies à la rue.)

L'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation est prévue pour le 15 juillet prochain.

Les élus doivent se prononcer sur le sujet ce soir lors du conseil municipal.

Nouveaux services à venir en 2018 :

  • Un organisme ramassera les encombrants (meubles, électroménagers, articles de sport, etc.) sur appel à domicile toute l'année. Ce service de dons d'encombrants réutilisables ou recyclables devrait être mis en place au cours de l'année 2018.
  • Deux nouvelles collectes spéciales débuteront en octobre 2018. Chacune d'elles se tiendra quatre fois par année, à la rue seulement :
  1. Une collecte d'encombrants « déchets » (matelas, canapés, meubles en plastique ou brisés, tapis, etc.);
  2. Une collecte de résidus de construction, de rénovation et de démolition (bois, palettes de bois, gypse, etc.).
  • Les propriétaires des multilogements seront accompagnés afin de favoriser la participation des occupants aux collectes de matières compostables et recyclables. Des visites sont prévues ce printemps afin de les aider à évaluer leurs besoins : nombre et volume de bacs ou de conteneurs, emplacement, etc. Des outils de sensibilisation seront également fournis dans le cadre de cet accompagnement.