Décret anti-réfugiés: Les Canadiens ayant une double nationalité épargnés

Les Canadiens qui ont une double nationalité ne seront pas touchés par le décret anti-réfugiés de Donald Trump.

Le bureau du premier ministre Justin Trudeau a indiqué par courriel hier soir avoir reçu l'assurance des États-Unis que les détenteurs de passeports canadiens ne seront pas renvoyés à la frontière.

Les restrictions à l'immigration de Trump concernent les ressortissants de sept pays musulmans, soit l'Iran, l'Irak, le Soudan, la Somalie, la Syrie, le Yémen et la Libye, pour trois mois.

Par ailleurs, Justin Trudeau a lancé un appel aux immigrants hier et rappelé la position du Canada.

Voici ce qu'il a écrit sur Twitter : "À ceux qui fuient la persécution, la terreur et la guerre, sachez que le Canada vous accueillera indépendamment de votre foi. La diversité fait notre force."

Décret anti-réfugiés suspendu

Une juge fédérale de New York a ordonné hier soir aux États-Unis de n'expulser aucune des personnes interpellées depuis vendredi en vertu du décret anti-réfugiés de Donald Trump.

Les agents frontaliers ne sont donc pas autorisés à déporter toute personne arrivant aux États-Unis, dans la mesure où elles ont un visa valide ou le statut de réfugié.

Plusieurs manifestations contre l'interpellation de dizaines de passagers ont eu lieu hier soir dans des aéroports américains, dont l'aéroport Jonh F. Kennedy de New York.

Les protestataires exigeaient la libération des personnes détenues. Ils scandaient: «Laisser les entrer». 

Donald Trump réagit aux manifestations

Fidèle à ses habitudes, le président américain Donald Trump a réagi tôt ce matin.

Sur Twitter, il a affirmé: "L'Amérique a besoin de frontières fortes et de vérifications extrêmes. Regardez ce qui se passe dans toute l'Europe et ailleurs dans le monde, un horrible désordre."

 

Our country needs strong borders and extreme vetting, NOW. Look what is happening all over Europe and, indeed, the world - a horrible mess!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 29 janvier 2017

Les réactions sont nombreuses à l'international

La France, l'Allemagne, l'Iran, notamment dénoncent le décret anti-réfugiés de Donald Trump.

Le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Marc Ayrault, a affirmé que l'accueil des réfugiés est un devoir de solidarité et demande à la Maison-Blanche de faire marche arrière.

La chancelière allemande Angela Merkel ne juge pas justifiées les restrictions à l'immigration aux États unis de ressortissants de sept pays musulmans.

Même son de cloche de la première ministre britannique Theresa May qui a également dénoncé le décret anti-réfugiés.

Selon son porte-parole, elle n'est pas d'accord avec ce type d'approche.

Et c'est l'indignation dans le monde musulman: L'Iran est le pays qui a réagi le plus vivement à cette décision.

Il juge le décret insultant et annonce le principe de réciprocité aux voyageurs américains.