VIDÉO : Denis Coderre ne regrette rien et offre son aide à Valérie Plante

Denis Coderre refuse de faire l'autopsie de sa défaite. Visiblement ému, il a répondu aux questions des journalistes pour une dernière fois en tant que maire de Montréal.

"Le peuple a raison. Regardez je suis entier, avec mes qualités et mes défauts. Le peuple a décidé de passer à autre chose. C'est correct, je n'ai pas de problème avec ça. Mais je pense qu'on a mis les jalons pour l'après."

Il quitte la tête haute, affirmant avoir contribué à redonner à Montréal sa pertinence, sa fierté et sa prospérité.

"On l'avait magannée notre Montréal, et puis il y avait beaucoup de cynisme. On parlait de corruption, je disais un peu à la blague que j'ai battu un record : Quatre année sans enquête, prison ou démission."

Pour ce qui est de la suite de sa carrière, il prendra deux semaines de vacances avec sa famille avant d'envisager la suite.

Ce n'est qu'à la toute fin de la conférence de presse, en anglais, qu'il n'a pu retenir ses larmes, quand Emily Campbell de CJAD lui a demandé comment il se sentait. M. Coderre a répondu qu'occuper le même siège que Jean Drapeau a été un grand honneur.

Mais une chose est certaine, il restera impliqué sur la scène municipale. Denis Coderre a offert sa collaboration à Valérie Plante, que ce soit pour des conseils, ou pour faire cheminer certains dossiers vers Québec et Ottawa, où il conserve d'excellents liens. Il a aussi demandé à son équipe de collaborer avec la mairie afin que Montréal poursuive dans son élan.

Denis Coderre a d'ailleurs pris le temps de saluer son ami Régis Labeaume, maire réélu de Québec, avec qui il a mené plusieurs batailles, dont l'entente sur les régimes de retraite municipaux.

(Avec la collaboration de Marie-Pier Boucher)