Donald Trump perd son stratège en chef, Steve Bannon

Donald Trump perd son stratège principal, le controversé Steve Bannon.

La Maison-Blanche affirme qu'il a quitté son poste d'un commun accord avec l'administration. Mais plusieurs médias américains rapportent que l'administration Trump en était à évaluer les comment et quand se départir de ses services.

Cela survient alors que la réaction du président à la tragédie de Charlottesville fait scandale.

Cette semaine, Trump affirmait qu'il ne pouvait confirmer l'avenir de M. Bannon au sein de son administration. Le président a alors défendu celui qu'il décrit comme un ami, affirmant qu'il n'est pas une personne raciste.

Bannon a aidé Trump à remporter l'élection présidentielle. Il a été embauché en août 2016. On lui attribue la rhétorique complotiste utilisée par Trump tout au long de la campagne, et après son élection.

Sa présence à la Maison-Blanche est critiquée depuis les débuts, car M. Bannon a fondé le site Breitbart News, associé à la droite alternative.

Bannon multipliait les sortie publiques au cours des derniers jours, affirmant vouloir détourner l'attention des conférences de presse enflammées du président. Il affirmait aussi s'être rapproché de la garde du premier ministre canadien, Justin Trudeau.

Le président semble de plus en plus isolé. En début de semaine, il dissolvait deux de ses conseils économiques à la suite d'une vague de démissions de PDG fortement en désaccord avec ses propos suivant la tragédie de Charlottesville.

Dans sa première prise de parole publique, il avait accusé les deux camps de manifestants de gestes violents, alors qu'une manifestante anti-raciste perdait la vie à la suite d'une attaque au véhicule bélier. Deux jours après la tragédie, sous une importante pression populaire, le président a clairement dénoncé le Ku Klux Klan et les suprémacistes blancs. Mais lors d'un intense point de presse mercredi, il est revenu à sa première position, en blâmant les manifestants des deux côtés.