En deux jours, les patrons ont gagné le salaire annuel de leurs employés

À midi, le 2 janvier, les 100 dirigeants d'entreprises les mieux payés au Canada ont gagné ont gagné le revenu que la moyenne des travailleurs mettra toute l'année à récolter. 

En 2017, le salaire moyen de ces chefs de direction atteignait les 10 millions de dollars. C'est 197 fois la rémunération du salarié moyen qui s'élevait à 50 759$.

Ces données sont tirées d'un rapport du Centre canadien de politiques alternatives (CCPA). Selon l'économiste principal, David Macdonald, il n'y a pas de hausse marquée des salaires des travailleurs moyens, malgré la pénurie de main-d'oeuvre que traverse le pays.

Les femmes font face à un «plafond de verre à double épaisseur»

Le CCPA publie un autre rapport qui démontre que les femmes sont moins nombreuses à accéder aux postes de haute direction. Celles qui s'y rendent sont alors moins bien payées que leurs homologues masculins.

En 2017, les femmes membres de la haute direction de 249 sociétés cotées en bourse au Canada ont empoché 0,68 $ pour chaque dollar obtenu par les hommes. Cet écart représente, en moyenne, 950 000$ de moins annuellement.

La différence est moindre chez les cadres supérieurs. Les femmes y gagnent 0,86 $ par dollar gagné par leurs homologues masculins, ce qui s'apparente à l'écart salarial global au pays.

David Macdonald identifie trois problématiques. D'abord, très peu de femmes occupent les postes de chef d'entreprise. Elles ne sont que 4% des PDG au Canada. Deuxièmement, les primes de rendement versées aux hauts dirigeants sont plus importantes pour les hommes. L'écart salarial réduit lorsque ces bonis sont écartés de l'équation. Finalement, les sociétés où on retrouve plus de femmes au sein de la direction sont généralement de plus petite taille, ce qui ne permet pas d'offrir des salaires aussi généreux.