ÉTUDE: La tragédie de Lac-Mégantic laisse des traces

Les jeunes de Lac-Mégantic sont deux fois plus nombreux à avoir des idées suicidaires et à se mutiler que la moyenne québécoise selon une étude de l'Université de Sherbrooke réalisée en collaboration avec l'Université du Québec à Chicoutimi. 

La tristesse, l'anxiété, la colère, l'insécurité et la peur du train font partie des des sentiments qui habitent les moins de 25 ans. 

Les chercheurs notent que les jeunes hommes de 18 à 25 ans sont les plus touchés. 

Ils ne sont pas les seuls à subir les effets du choc post-traumatique. 

Près de 7 personnes sur 10 en ont souffert depuis la tragédie survenue en juillet 2013. 

Cette étude sera présentée cette semaine à l'occasion du Congrès de l'Association francophone pour le savoir, ACFAS. 

Les grandes lignes sont dévoilées dans le Journal de Montréal ce matin.