ÉTUDE : Multiplication de cas de violences sexuelles dans les universités québécoises

Plus d'une personne sur trois fréquentant ou travaillant à l'université a déjà subi une forme de violence sexuelle au Québec. 

C'est ce que révèle une étude de l'UQAM qui sera dévoilée aujourd'hui et dont LaPresse a obtenu copie. 

Sur 9 000 répondants rencontrés, provenant de six universités québécoises, 34% affirment avoir subi du harcèlement sexuel et 18% ont subi des comportements sexuels non désirés. 

Dans près de la moitié des cas, les gestes ont été posés lors d'activités sociales ou festives. 

Plus troublant encore, 90% des victimes n'ont jamais porté plainte, souvent par crainte de représailles. 

Sur la base de ces résultats,  les chercheuses font 15 recommandations, dont la mise en place d'une loi-cadre et d'un plan d'action gouvernemental pour lutter contre la violence sexuelle.