FROID : La mère de Gilles Duceppe meurt d'hypothermie à l'extérieur de sa résidence

La mère de l'ancien chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a été retrouvée sans vie à l'extérieur de sa résidence pour personnes âgées dans l'Est de Montréal, hier matin. 

Hélène Rowley Hotte, 93 ans, est morte d'hypothermie. Le Bureau du coroner a confirmé son identité en début d'après-mdi. Il a ouvert une enquête.

La nonagénaire est sortie durant la nuit, vers 4h15, à la suite du déclenchement d'une alarme d'incendie au sein de la résidence Lux Gouverneur où elle résidait. Ce complexe comprend trois bâtiments et héberge 660 personnes. Selon une résidente de l'endroit, une fuite de monoxyde de carbone se serait déclarée dans la phase 2.

La dame souffrant d'un problème d'audition n'aurait pas entendu le message précisant qu'elle n'avait pas besoin d'évacuer. Elle n'aurait pas été en mesure de revenir à l'intérieur puisque la porte était verrouillée. La femme s’est donc retrouvée coincée à l'extérieur en pleine tempête, alors que le mercure avait chuté sous les - 20 degrés Celsius. 

Son corps a été retrouvé peu après 11h hier avant-midi. À première vue, elle aurait succombé à une hypothermie. Une autopsie sera nécessaire pour le confirmer. Le SPVM précise qu'aucun élément criminel n'est en cause.

Gilles Duceppe a réagi mardi après-midi :

La ministre des aînés ouverte à un resserrement des normes

La ministre responsable des aînés, Marguerite Blais, se dit extrêmement préoccupée par ce décès. En point de presse en fin d'après-midi à l'Assemblée nationale, elle a dit attendre les résultats de l'enquête du coroner, mais ne ferme pas la porte à un resserrement des normes dans les résidences pour aînés, si nécessaire.

Je dois attendre que le coroner ait fait toute la lumière sur ces circonstances, mais jamais, jamais, jamais je ne vais baisser les bras concernant la sécurité de nos aînés. - Marguerite Blais, ministre des aînés

La ministre Blais n'a pas voulu répondre à une question d'un journaliste à savoir si la mort de Hélène Rowley Hotte était évitable. Elle s'est contentée de dire que la résidence en question avait réobtenu sa certification en avril 2018.

Elle [la résidence] s'est conformée aux 28 normes pour obtenir la certification. Il y a 6 personnes pour surveiller la nuit comparativement à ce qu'on demande pour la certification, soit deux personnes. Mais s'il faut faire un tour de vis, on va faire un tour de vis supplémentaire. - Marguerite Blais, ministre des aînés

 

Mme Rowley Hotte se serait évanouie quelque temps après être sortie à l'extérieur

Les résidences LUX ont réagi en fin de journée. Par voie de communiqué, la direction précise que le décès est survenu dans des «circonstances exceptionnelles» et que Mme Rowley Hotte portait des vêtements d'hiver lorsqu'elle est sortie à l'extérieur. Elle ajoute que leurs caméras de surveillance montrent qu'elle s'est évanouie quelque temps après être sortie.

Voici la déclaration complètement des résidences LUX :

«Les résidences LUX tiennent tout d'abord à offrir leur plus sincères condoléances à Monsieur Gilles Duceppe et à toute sa famille à la suite du triste événement survenu hier dans des circonstances exceptionnelles. Une enquête est présentement en cours pour déterminer la cause exacte du décès de Mme Hélène Rowley Hotte. Contrairement à l'information partagée dans certains médias, Mme Rowley Hotte portait des vêtements d'hiver lorsqu'elle est sortie à l'extérieur de la résidence. Nos caméras de sécurité montrent qu'elle s'est évanouie quelque temps après être sortie. Nous collaborons évidemment avec les enquêteurs et préférons ne pas commenter davantage ce malheureux événement avant d'en connaître les conclusions. Nous sommes sincèrement désolés pour la famille et les proches de Mme Rowley Hotte. La sécurité et le bien-être de nos résidents a toujours été et demeurent une priorité au sein des résidences LUX.»

De nombreuses réactions sur Twitter

(Avec la collaboration d'Étienne Phénix, journaliste Bell Média)